Carnaval

Le carnaval. Ce temps dédié à la catharsis, au son de fêtes et au goût de miel, où bile et fiel sont sublimés. La rue est théâtre et déborde de nos instincts hauts et bas, de nos vies de peines et de joies. C’est toute l’île qui raisonne.

Nul ne peut l’ignorer. Aimez-nous. Haïssez-nous. Mais, foi de carnavalier : Vous nous entendrez vivre !

Fouets

Ce n’est plus le fouet qui me fait crier, c’est moi qui fait gémir, claquer, chanter le fouet. Il est bruit, il est ambiance. Vim ! Schlack ! Fwap !…Kè la ka bat’ ! Attention, nous arrivons ! En êtres libres, en guerriers, en artistes. Et pour ce temps, et seulement pour ce temps, des hauts mornes aux plaines de Guadeloupe, les fouets claqueront encore.

Mas

Derrière le maquillage, derrière le déguisement, le visage soudain se tait. Nos émotions, nos vérités enfouies émergent. Tout en grandiose, en magnificence, le vrai est à l’honneur…
Sa ki ni zyé, vwè ! Sa ki ni kè, gadé !